Qu’est-ce que la dénutrition ?

La dénutrition survient lorsque les apports protéino-énergétiques ne sont plus suffisants pour couvrir les besoins de l’organisme.

Les causes de la dénutrition

La dénutrition peut avoir différentes origines :

  • une diminution des apports alimentaires pour différentes raisons (mauvais état dentaire, évictions alimentaires, perte d’appétit…),
  • un hypercatabolisme : augmentation des besoins énergétiques souvent liée à une maladie (cancer),
  • et/ou une malabsorption des nutriments (maladie coeliaque, maladie de Crohn, pancréatite, suite d’une opération digestive).

La dénutrition est sournoise et s’installe doucement.
Elle ne concerne pas seulement les malades : les personnes âgées font aussi parti de la population à fort risque de dénutrition.

Cas particulier de la personne âgée

Les personnes âgées sont un groupe de population à fort risque de dénutrition. On estime qu’elle touche 5% des personnes âgées vivant à domicile(1), de 15 à 38% de celles vivant en institution et de 30 à 60% pour les malades âgés hospitalisés(2).

Les conséquences de la dénutrition

La dénutrition entraîne ou aggrave un état de fébrilité. Elle se traduit par :

  • un affaiblissement musculaire -> perte d’autonomie et une difficulté à se déplacer, risque de chutes et de fractures accrues
  • une altération de l'état général -> amaigrissement, fatigue, anémie, asthénie
  • des retards de cicatrisation (apparition ou entretien d’escarres)
  • une baisse des défenses immunitaires -> risques d’infections, diminution de l’efficacité des traitements,
  • une hospitalisation ou une augmentation de la durée d’hospitalisation.

Outre l'impact sur la qualité de la vie et sur l'état général de la personne, la dénutrition expose le patient à des risques majeurs et peut, dans certains cas, avoir une incidence sur le pronostic vital.

(Sources : (1) Dénutrition : son impact en cancérologie, La Lettre du Cancérologue, Vol XIII, n°4 – juillet août 2004, (2) Nutrition Clinique et Métabolisme, 2003, Volume 17, N°4)